»
»
» Cheval : Pourquoi surveiller son poids de forme ?

Cheval : Pourquoi surveiller son poids de forme ?

mardi 24 octobre 2017

 

Tout comme nous, nos compagnons à crinière ont un poids de forme qu'il convient de surveiller et de respecter.

 

Les avis de chaque propriétaire en la matière peuvent diverger quand il faut définir les principaux points qui font la beauté d'un cheval. Cependant il faut veiller à ne pas se laisser influencer par ses goûts esthétiques en matière de poids pour les équidés

 

«Tous les goûts sont dans la nature comme le dit si bien le dicton», cependant la forme générale de votre destrier dépendra pourtant directement de son poids de forme.

Il en découlera un état de santé optimum ou non … Alors avant de distribuer les petits bonus qui lui font tant plaisir, prenez le temps d'aller au bout de cet article.

 

 

1 – MON ÉQUIDÉ EST-IL TROP GROS ?

 

Les goûts des propriétaires faussent le poids de nos équins : Pourquoi ?

 

Il faut le savoir, en matière de poids pour les chevaux, les goûts esthétiques des propriétaires entrent directement en ligne de compte dans ce genre d'appréciation, sans même rendre compte. 

Cela peut d'ailleurs parfois venir fausser le jugement d'un propriétaires pourtant très investis auprès de son compagnon équin, en matière de surpoids.

 

Il convient donc lorsque l'on fait l'acquisition d'un cheval ou d'un autre équidé de se renseigner précisément sur les standards de la race, indépendamment de nos idées personnelles qui peuvent, parfois bien malgré nous, nous induire en erreur.

De cette façon une fourchette de poids conforme au besoin de la race nous sera communiquée, il nous appartiendra ensuite de nous y conformer et de la surveiller.

 

Il existe des repères précis pour surveiller la couverture graisseuse d'un équin qui s'articule sur l'observation de :

  • L'encolure (chignon),
  • Le garrot,
  • La zone lombaire,
  • La croupe & l'attache de la queue,
  • Les côtes (à l'arrière du quartier de la selle),
  • L'arrière de l'épaule.

La fourchette est graduée de 0 à 5 : De rachitique à obèse. Cette fourchette est appelée NEC (note d'état corporel du cheval).

 

La surveillance doit se faire régulièrement pour permettre l'ajustement rapide des rations du cheval le cas échéant : 

  • Mensuellement pour le cheval qui travaille, 
  • 1 fois tous les 2 mois pour les autres....
Poids de forme de mon cheval | L'éKidé

 

 

 

 

2 – POURQUOI NE PAS SE FIER À L'INSTINCT DE SON ÉQUIDÉ POUR LA QUANTITÉ DE NOURRITURE ?

 

Pourquoi un cheval, ou un autre équin, peut manger bien au delà de ses besoins alimentaires réels ?

 

A la base nos compagnons à crinière devraient manger des plantes fibreuses, peu riches et parcourir de nombreux kilomètres au cours de leur journée.

 

Soyons réalistes... C'est loin d'être le cas de la majorité des chevaux et poneys qui partagent nos loisirs.

 

  • La sélection naturelle qui s'est opérée dans l'histoire des races de nos compagnons équins avait produit des individus ayant besoin de peu de calories pour survivre même dans les régions, ou climat, peu accueillant à l'origine... 
     
  • A une époque, où l'homme ne se souciait que très peu de savoir si la nourriture était suffisamment riche pour les équidés, en hiver...
     
  • De nos jours, nous avons à cœur d'apporter à la ration journalière de nos équins, ce petit supplément,  pour l'hiver ou autre... que l'on juge déterminant pour son bien-être...
     
  • Combiné au fait que peu de chevaux disposent finalement de l'espace nécessaire à un exercice qui est indispensable au maintien d'un poids de forme optimal.

 

 

 

En Europe, l'histoire de notre civilisation nous pousse à croire que « Bonne nourriture rime avec bons soins »...

 

Eh bien non ! Pour nos destriers, c'est loin d'être un principe à appliquer les yeux fermés ! Bien entendu, la ration doit être adaptée aux besoins particuliers de l'animal :

  • Métabolisme particulier à certain individu,
  • Croissance,
  • Gestation,
  • Intensité du travail,
  • Etc...

Loin de nous l'idée de faire des généralités en matière de ration alimentaire... Il faut adapter les apports en fonction des situations si elles l'exigent.

 

Les aliments transformés qui existent aujourd'hui sur le marché des aliments pour équidés peuvent apporter des réponses intéressantes à la bonne forme de votre fidèle destrier.

Mais attention tout de même ils peuvent également fausser la perception de satiété que reçoit le cerveau équin au moment où il s'alimente. 

De plus, un cheval doit normalement pouvoir s'alimenter en continu, comme dans la vie sauvage.

 

Si votre cheval ne dispose pas d'un accès constant à une nourriture adaptée cela peut générer des dysfonctionnements. Ces mauvaises habitures le pousseront à ingérer de façon excessive la nourriture qui lui est proposée et dans le même temps occasionner :

  • Frustration,
  • Stress,
  • Ulcères gastro-intestinaux, etc...​

 

 

 

 

 

Certains compléments alimentaires peuvent apporter des solutions dans ce cas et contribuer à apaiser les comportements anxieux et les ulcères...

 

 

Mais il conviendra en priorité de repenser et adapter les apports, en adéquation avec les besoins réels de votre compagnon à crinière, sont les solutions à envisager en premier, tout comme :

  • Veiller à ce que l'accès à la nourriture soit adapté à ses besoins,
  • Il doit rester du foin dans les filets pour qu'il comprenne et se régule sur la base de ce qui lui est nécessaire, sans stocker par peur de manquer.
  • Surveiller de façon régulière son poids de forme... 

 

 

4 - COMMENT ÊTRE SÛR DU POIDS DE FORME DE SON COMPAGNON À CRINIÈRE ?

 

Le sujet du poids est d'actualité dans nos pays développés et pas uniquement pour nos chevaux... 

 

Sur l'excellent site des Haras Nationaux nous avons trouvé et partageons avec vous, un outil simple à prendre en main, bien fait, pour mettre en place cette surveillance sur la base des critères que nous avons évoqués plus haut.

Je découvre cet outil ! 

 

 

 

 

 

 

5 - POURQUOI LE POIDS DE FORME D'UN CHEVAL, PONEYS OU AUTRES EQUINS EST IMPORTANT ?

 

C'est important car comme pour l'homme, le surpoids engendre une dégradation de l'état de santé en général...

 

Par exemple :

  • Fatigue du système système cardio-vasculaire, a qui l'on demande plus, en excédent de poids,
  • Syndrome Métabolique Équin (SME) qui correspond au diabète chez l'homme,

Troubles Musculo-squelettiques, tels que :

  • Fourbure,
  • Maladies orthopédiques liées a des contraintes plus importantes sur ses pieds, ses membres et ses articulations...

Mais également :

  • Une augmentation de la fatigabilité voire un état léthargique,
  • Une baisse de fertilité,
  • Des dépôts de graisse excessifs peuvent se former autour du foie et des reins,
  • La Régulation de la température du corps peut devenir plus difficile.

 

 

 

6 - COMMENT METTRE SON CHEVAL AU REGIME SANS STRESS ?

 

Le secret : Toutes les modifications et changements des habitudes doivent être progressives... Pour ne pas générer de stress chez vous (c'est communicatif n'oubliez pas) et chez votre cheval.

 

Mettre au point un petit programme auquel il va falloir se tenir dans le temps, en révolutionnant nos propres habitudes, et c'est parfois ce qui est le plus compliqué :​

  • Il ne s'agira pas d'une diète ponctuelle mais de maintenir un poids de forme durable, en incluant des exercices supplémentaires progressifs à son programme quotidien pour augmenter les dépenses caloriques.

 

Adapter les apports alimentaires aux besoins réels de son compagnon :

  • Apports nutritionnels équilibrés sur les critères objectifs observés par rapport à la race, au tempérament, et au rythme de vie, aux besoins.

 

N'hésitez pas à vous faire aider des conseils d'un vétérinaire si vous vous sentez perdu… L'objectif ici est de faire évoluer progressivement les rations de votre compagnon vers ce qui lui est nécessaire.

  • Des changements sur « les petits bonus alimentaires » distribuer à votre monture sous forme de récompenses et friandises... sont à prévoir également.
  • Privilégiez les bonus que les équins trouvent naturellement à l'état sauvage : par exemple des fanes de carottes, etc... De préférence pauvre en sucre.
 

 

Avec ces quelques clés vous devriez pouvoir maintenir ou optimiser le poids de votre compagnon à crinière préféré.

 

A bientôt pour la prochaine fiche conseil sur www.lekide.fr.

 

Laisser un commentaire
Envoyer
L’administrateur du site est actuellement en ligne ! Discuter
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris